Voyage au Japon

Publié dans Voyages

 

Itinéraire deux semaines au Japon

 

4 avril 2009 - Les préparatifs

Nous partons dans tout juste une semaine, c'est l'heure des derniers préparatifs. Départ le 11 avril de Paris, retour le 27. Nous voyagerons avec Japan Airlines, le vol direct met environ 12h.

Il est conseillé un peu partout de réserver son hébergement lors d'un voyage au Japon, j'ai donc sagement booké quelques ryokan* pour les deux semaines que nous passerons là bas. Le programme est donc grossièrement défini, à savoir Kyoto et les alentours pendant 4/5 jours, une nuit à Hakone, 6 jours à Tokyo puis descendre à Hiroshima pour rejoindre l'île de Miyajima. Il me restera encore 4 jours pour lesquels je n'ai encore rien prévu. 

Nous avons également acheté deux Japan Rail Pass, qui pour un prix très raisonnables permettent d'utiliser tous les trains de la principale compagnie ferroviaire du japon. 

*Ryokan: auberge typique du japon dans lesquelles le sol des chambres est couvert de tatamis et où l'on dort sur des futons .


12.04.2009 - Arrivee a Kyoto

Atterrissage en douceur à Nagoya après douze heures d'avion, et comme on n'est pas là pour rigoler on enchaîne directement avec un shinkansen(*) pour Kyoto. Un dernier effort en métro pour rejoindre le Iroha Ryokan et on peut enfin se poser. La première sensation en arrivant à Kyoto a été le silence et le calme ambiant. C'est quand même l'ancienne capitale du pays, un million et demi d'habitants, et on est dans le quartier dit "hyper-centre", il y a plein de voitures, de vélos, de passants, et c'est étonnement calme. Et arrivant de Paris, ça fait du bien !

Alors oui il n'y a pas de lit dans la chambre: c'est quand on sort diner ou qu'on va se détendre dans un sento(*) que le room service vient installer les futons qui sont rangés dans un placard. 

* Shinkansen: c'est le TGV japonais, il y en a plusieurs modèles, ils sont tous modernes, très spacieux, silencieux et... rapides !

* Sento: bain commun brûlant (autour de 50°c) qui sert a se relaxer, il y a des petites douches au bord du bassin pour bien se laver avant d'y entrer.  Je n'ai bien sûr pas pu prendre de photos (à cause de la buée, mais aussi parce qu'on est tout nu là dedans, ça aurait pu être mal interpreté !)


13.04.2009 - A la découverte de Kyoto

Pour cette première journée au Japon on part se balader dans Kyoto, en commençant par le temple bouddhiste Chion-in qui ne se trouve pas très loin de notre hôtel, à l'est de Kyoto, au pied des montagnes. On y accède par une immense porte de 24m de haut, paraît-il la plus grande porte du Japon. Le temple s'étale sur une grande superficie, on y trouve entre autres la plus lourde cloche du Japon, il faut 17 moines pour la faire sonner ! 

On se dirige ensuite vers le temple To-Ji et sa pagode à cinq étages de 57m de haut, la plus haute du Japon. Elle est entourée d'un joli jardin et de bassins dans lequel nagent des carpes multicolores et de grosses tortues. 

Après un passage à la gare de Kyoto où l'on récupère un plan de la ville auprès du TIC on prend un bus pour rejoindre le Chemin de la philosophie", une balade le long d'un cours d'eau sous une voute de cerisiers. On arrive quelques jours trop tards pour le Sakura, la fête des cerisiers, mais il en reste encore quelques uns en fleurs. Une semaine plus ôt ça devait être vraiment magnifique, mais aussi beaucoup plus fréquenté, alors que là on est relativement tranquilles pour se balader au soleil couchant.

Retour dans le centre en bus, on se fait un sushi-bar avant de fondre dans le sento de l'hôtel.



14.04.2009 - Visite de Nara

On rejoint Nara en 50 minutes de train depuis Kyoto. Il pleut fort, et ça sera comme ça jusqu'à la fin de la journée. J'investis dans un parapluie avant d'être complètement trempé. On traverse le temple Kofuku-Ji, puis on visite le principal temple, le Todaï-Ji. Un peu partout on croise des daims en liberté, mais puisqu'on est au pays du kawaï(*) appelons des "p'tites biches". C'était autrefois un animal sacré et la tradition perdure, elle se baladent en liberté. On peut même acheter des biscuits pour les nourrir, mais pendant l'opération elles essaient également de bouffer ma veste et mon pantalon, de vraies psychopathes. 

Dans le bâtiment principal du temple on découvre un immense bouddha en bronze (en chiffres ça donne quelque chose comme 16m, 437 tonnes de bronze et 130 kg d'or).

Retour à Kyoto en train, comme la plupart des japonais on mange nos bentos(*) pendant le trajet. C'est bon, pas cher et ça fait gagner du temps ! A Kyoto on visite le chateau Nijojo-Mae. Derrière les murailles on découvre un beau jardin (il pleut toujours, le ciel est gris mais c'est quand même très joli), curieusement les murs du bâtiment principal sont en bois et en papier épais, cela laisse passer un peu de lumière à l'intérieur. Le parquet autour des chambres est dit "parquet-rossignol", il est conçu pour faire un bruit particulier quand on marche dessus, c'était destiné à avertir de la présence d'intrus la nuit. 

*kawaï: Adjectif très utilisé par les japonais pour désigner tout ce qui est "mignon". 

*bento c'est le panier-repas japonais, un repas vendu dans une boite en bois ou en carton avec des baguettes et des condiments. On y trouve un peu de tout, c'est préparé le matin et à consommer au plus tard dans la journée. Et c'est super bon ! 


15.04.2009 - Himeji, Fushimi-Nari et Okonomiyaki

Il ne faut qu'une heure et demi au train express pour rejoindre Himeji depuis Kyoto, en longeant la côte. On passe à côté du pont d'Akashi Kaikyo, le plus long pont suspendu du monde. (4 km) Le soleil tape fort, on se dirige vers le château d'Himeji qu'on aperçoit très vite sur les hauteurs de la ville. De couleur blanche avec ses toits noires, il est plutôt joli,dans un style très différent des châteaux-forts de chez nous, même si le principe est sensiblement le même. On visite les jardins, les appartements, les 5 étages du donjon d'où on a une belle vue de la ville, on croise un ninja qui pose volontier auprès des touristes pour les photos. A propos de touristes, on en a coisé plein en short et polo jaune fluo, j'ai déjà du mal à comprendre qu'on puisse payer pour être trimballé au pas de course par un guide pendant un voyage organisé, mais en plus devoir porter ces fringues fluos aussi moches que ridicules, il faut être maso. 

En début d'après-midi ou on réserve nos billets de train pour Hakone le lendemain. On visite ensuite le surprenant sanctuaire shintô de Fushimi-Inari. Un sentier de quatre kilomètres serpente dans la forêt sur le mont Inari en nous faisant passer sous des centaines de torii rouges vermillon qui forment une voute flamboyante à la lumière du soleil couchant. On croise plusieurs renards au regard malicieux.. sculptés dans la pierre, ce sont les messagers de la déesse Inari, ils veillent sur les lieux.  

De retour à la gare de Kyoto on grimpe au sommet de la Kyoto Tower (100m) d'où on peut observer toute la ville avec des jumelles. En voulant rentrer à notre hôtel on se rend compte que le bus ne prend pas tout à fait le même chemin que d'habitude. AU bout d'un moment on se rend compte qu'on va même complètement dans la mauvaise direction, on descend du bus pour se retrouver au bord 'une voie express en banlieue sud... La nuit est tombée, on est complètement paumés, lovely ! On fini par trouver une voie ferrée qu'on longe jusqu'à arriver à une gare d'où on retombe sur nos pieds. Plus tard après un succulent Okonomiyaki (*) on se balade dans l'étroite ruelle Ponto-Cho, bordée de vieilles maisons traditionnelles en bois, éclairées par des lanternes (joli) ou les néons des bars (moins joli), on y croise des maiko, les apprentis geishas. 

* Okonomiyaki: c'est un plat japonais, entre l'omelette, la crêpe et la pizza, on y met plein d'ingrédients (viande, légumes, nouilles) et l'on fait cuire le tout sur une plaque chauffante (le teppan) avant de le recouvrir de l'excellente sauce Okonomi », un mélange de vinaigre de saké, de miel et de purée de légumes. Le tout est succulent. 

16.04.2009 - Hakone et ses montagnes sulfureuses

On quitte Kyoto pour se rendre en Shinkansen à Odawara où on change pour un train qui nous conduit à Hakone-Yumoto, dans les montagnes proches du mont Fuji. On pose nos sacs à l'hôtel Senkei Plaza, le coin est charmant, c'est assez touristique mais en semaine il n'y a pas affluence, c'est très montagneux, c'est la campagne, on change d'univers par rapport à Kyoto.

Le centre d'information situé à la gare nous renseigne sur ce qu'on peut faire dans le coin. Il est déjà 14h, on ne perd donc pas de temps, on achète un free pass qui nous donne accès à tous les moyens de transport de la région. Et il y en a ! Bus, train, téléphérique, funiculaire, bateau, en une demi-journée tout y passe. On zig-zag sur une petite route, on traverse se lac Ashi sur un bateau pirate, on monte à plus de 1000m sur le volcan Okawudani au sommet duquel de la fumée souffrée s'échappe de marres bouillonnantes, ça pue mais c'est spectaculaire. On y mange des oeufs noirs ce qui selon la légende rallonge notre vie de sept ans !

 On redescend en funiculaire puis en train, avant de goûter au petit resto de noodles de l'hôtel et de profiter du sento. Il y a également un sento panoramique sur le toit mais le soir il est réservé aux femmes.


17.04.2009 - Tokyo, Odaïba et Joypolis

Je me lève à 7h pour aller profiter su sento panoramique au dernier étage de l'hôtel, j'y suis tout seul, le bain est constitué de pierres et le sol est tapissé de petits galets, avec l'air frais du matin l'eau est fumante, le soleil, la vue sur la montagne, voilà un réveil plutôt paradisiaque ! 

A 9h30 on quitte Hakone pour Odawara (15min) où on prend un shinkansen pour la gare de Shinjuku à Tokyo (35min). Une fois arrivés on rejoint le ryokan Katsutaro dans le quartier de Ueno. C'est un petit établissement, la chambre est agréable malgré des voisins pas toujours que conscients de la faible épaisseur des murs ! Il y a un lave-linge qu'on se dépêche de remplir, et un accès internet. 

Dans l'après-midi on prend la Yamanote Line, une ligne de métro aérienne qui fait le tour des principaux quartiers du centre de Tokyo. Comme elle est non seulement pratique mais aussi gratuite avec le JR Pass c'est le moyen de transport qu'on utilisera le plus à Tokyo. On va visiter une partie de l'ïle artificielle d'Odaïba où on passe pas mal de temps au Sega Game Center "Joypolis" à tester toutes sortes d'attractions, dont le fameux Storm-G:

Quand on sort de là il fait nuit, on reprend la ligne aérienne qui nous offre une belle vue de la ville de nuit pour terminer par un sushi bar à Ueno.

18.04.2009 - Tokyo, Ueno, Shinjuku et Shibuya

Pour cette première matinée à Tokyo on commence par visiter le parc de Ueno à côté du ryokan, puis son zoo, un peu triste comme tout les zoo, et pas franchement indispensable. La balade dans le parc est sympa, surtout quand il fait aussi beau qu'aujourd'hui. 

Direction ensuite le quartier de Shinjuku, on traine dans la galerie souterraine de la gare dans laquelle on commande des plats de nouilles a une machine: tout est écrit en japonais, et elle nous donne au final un ticket qu'on peut ensuite échanger contre un plat.  Une fois repus on passe du 3ème sous-sol de la gare au 50ème étage d'un des buildings environnant qui offre une vue panoramique sur la ville. On passe ensuite a cote de l'hôtel Hyatt (cf. Lost in translation) et de l'hôtel de ville dessiné a l'image de Notre Dame ! On repasse par la gare de Shinjuku, direction Harajuku au bord du parc Yoyogi. On s'y balade jusqu'au sanctuaire Heiji, plus loin quelques cosplays trainent devant l'entrée, on est samedi et il fait très beau il y a donc pas mal de monde. 

On reprend la ligne circulaire Yamanote pour rejoindre le quartier de Shibuya tout proche, avec son célèbre carrefour au milieu duquel  se croisent des centaines de personnes entre chaque feux rouge. On observe plusieurs fois la scène depuis le Starbuck Cafe sur la place, c'est incroyable de voir un tel carrefour fonctionner aussi bien sans aucun embouteillage ni personne pour faire la circulation. Un truc rigoureusement impensable en France ! Après un sushi bar toujours dans Shibuya on va tester le Karaoke-Kan du coin, celui la même que l'on voit dans Lost in translation.


19.04.2009 - Tojyo, Asakuza et Sukiyaki

On commence la journée par changer d'hôtel, pour passer du Katsutaro Ryokan au Katsutaro Ryokan Annex. C'est toujours à Ueno, pas très loin. Le Ryokan est plus moderne mais les chambres de type japonaises sont très propres et spacieuses, et les petites rues autours sont très agréables. On part visiter le quartier d'Asakuza mais le temple Senso-Ji, très connu à Tokyo, est en restauration. C'est pas bien grave étant donné que des temples on en a déjà vu plein et qu'on en verra encore d'autres ! On en profite pour fouiner dans une rue regroupant des boutiques d'articles pour restaurants, les fameux couteaux japonais (hors de prix) ou encore des plats en résine plus vrais que nature (ceux là même qui sont affichés en vitrine des restaurants). 

Le soir venu on déguste un Sukiyaki, c'est une sorte de fondue de boeuf japonais, c'est assez technique, il y a plein d'ingrédients et de façons de les faire cuire dans une sauce bouillante au saké. Les tables sont installées dans de petites alcôves, les serveurs ont l'air un peu inquiets (ou consternés ?) à chaque fois qu'ils passent mais je crois qu'on arrive a terminer le repas sans commettre trop d'impairs ! 

 
20.04.2009 - Un aller-retour à Kyoto, Ginza

Et oui retour à Kyoto, du moins pour la journée, on fait l'aller retour depuis Tokyo en Shinkansen pour aller voir quelques trucs à côté desquels on était passés. En particulier le temple Nanzen-Ji qui héberge des jardins zen, soit de type sec (avec des graviers et des rochers) soit de type promenade (verts, avec de beaux arbres et des bassins avec des carpes multicolores).  En apparence très simpliste c'est extrêmement beau et apaisant, du moins entre deux bruyants groupes de touristes chinois ou japonais ! 

On repasse ensuite par le chemin de la philosophie où on dévalise quelques boutiques de souvenirs (Yukata, bols en bois, etc). Il faut courir pour attraper notre train mais ça le fait, n a même le temps d'acheter des bentos pour la route. 

Retour a Tokyo en fin de journée, on visite le quartier branché de Ginza dont l'avenue principale est bordée de magasins de luxe, un peu comme les Champs Elysées puissance mille, et avec tellement d'écrans et de néons que les lampadaires sont superflus pour y voir comme en plein jour ! En rentrant à l'hôtel on  se retrouve dans le métro avec la foule des salary-men qui rentrent chez eux après la conventionnelle sortie entre collègues, une odeur de saké flotte dans l'air et ils ont l'air nettement plus détendus (et hagards) que quand on les a croisés ce matin !


21.04.2009 - Tokyo, Tsukiji Fish Market et Takeshita Dori

Levés tôt ce matin pour aller à Tsukiji Market, le plus grand marché aux poissons du monde. C'est immense, quand on arrive là bas après un trajet éprouvant, tassés dans le métro avec tous les gens qui partent travailler (mais rien de bien nouveau pour les parisiens...) le gros de l'animation semble être passé, on se balade donc un peu plus tranquillement entre les allées. C'est impressionnant et on peut encore les voir découper à la scie de grosses pièces de thon et de saumon, il parait qu'on peut même y déguster les sushis les plus frais au monde mais il est encore un peu tôt pour mon estomac. Même si j'adore ça je préfère voir un sushi dans mon assiette sans avoir a imaginer la préparation, c'est le paradoxe du carnivore pratiquant non-assumé !

On va ensuite faire un tour dans le quartier de Harajuku, plus précisément Takeshita Dori une petite rue pleine de boutiques de fringues et de babioles diverses pour les jeunes - et les touristes - , on y croise des Lolitas gothiques et de sacrés looks et on dévalise un grand magasin où tout est plus ou moins a 100 yens. 

On passe à Ikebukuro, et en fin de journée on se fait un sushi-bar.


22.04.2009 - Hiroshima

Je prends le matin un shinkansen avec changement  à Shin-Osakapour rejoindre Hiroshima, au sud ouest du pays. Pendant le trajet en shinkansen j'ai la chance d'avoir une belle vue du Fuji San tout proche ! 

J'arrive à 16h30, je pose mon sac au ryokan Ikawa, la patronne parle anglais mais avec un tel accent que je mets quelques minutes a réaliser qu'elle ne me parle pas en japonais ! La chambre est toute petite (4 tatamis) avec une fenêtre qui donne sur un mur, c'est pas folichon mais ça ira pour une nuit. 

Il fait super beau, il n'y a pas un nuage, j'en profite pour aller visiter le dôme de la bombe A, unique vestige du 6 août 1945, la bombe ayant paraît-il explosé juste au dessus de ce bâtiment. La vile est très agréable, avec ses berges tranquilles et ses parcs, venant de Tokyo c'est même drôlement calme !

 


23.04.2009 - L'île de Miyajima

Au réveil je teste le petit-déjeuner à la japonaise: une sardine, des pois gluants et collants et un oeuf cru, quelques légumes, le tout à manger avec du riz. J'essaye poliment de goûter à tout sous les yeux de la patronne qui me regarde, mais je repars finalement le ventre presque vide ! 

Après une visite rapide du mémorial a Hiroshima (plus commémoratif qu'instructif, pas trop mon truc) je prends le ferry pour l'île de Miyajima. Elle est célèbre entre autres pour son torri "flottant" rouge vermillon qui a les pieds dans l'eau à marée haute. C'est une des plus belles vues du Japon (officiellement !!) et c'est effectivement sublime, surtout en fin de journée au soleil couchant. 

Mais pour l'instant il fait un soleil de plomb, il n'y a pas un nuage, et après avoir déposé mon sac à dos dans ma guesthouse ( Kikugawa, une très bonne adresse) j'attaque l'ascension du mont Misen. Le guide annonce seulement 534 mètres, de la rigolade que je me dis, mais c'est en fait 534 mètres de marches. Marches au pluriel, car c'est en fait un escalier en pierre de quelques kilomètres qui serpente dans la montagne. Deux heures plus tard j'atteins le sommet complètement lessivé mais ça vaut le coup, le point de vue est magnifique, on voit toute la région sur 360 degrés, la mer intérieure, Hiroshima plus loin, etc. En cherchant à rejoindre le téléphérique pour la descente je croise sur un chemin plusieurs babouins. Ils semblent peu farouches, et sont très intéressés par le contenu de mon sac à dos.

 Retour au sol en 15 minutes de téléphérique, nettement plus rapide que par les escaliers ! La mer monte quand j'arrive en bas, avec le soleil qui se couche le torii est très beau, et il est éclairé une fois la nuit tombée.  Je vais déguster un succulent okonomiyaki dans un petit resto face à la mer et au torii. 

Je décide de rester dormir sur l'ile de Miyajima pour profiter encore un peu de ce bel endroit.


 
24.04.2009 - Tokyo, Ikebukuro

Je suis retourné à l'aube voir une dernière fois le torri à marée haute, il n'y avait personne de si bonne heure, j'avais le paysage pour moi tout seul ! J'ai ensuite pris le ferry pour Hiroshima puis le fameux Nozomi (le dernier modèle de Shinkansen, le plus confortable et le plus rapide).

Me voici donc a Tokyo d'une traite, installé au Kimi Ryokan dans le quartier d'Ikebukuro. Il y a surtout des établissements louches dans le coin, genre bars a hôtesses, l'hôtel a l'air correct malgré une toute petite chambre, genre 2,5mx2,5m, avec une fenêtre opaque qui ne s'ouvre pas, mais ca ira pour les trois jours restants.

Sans quitter le quartier je visite le Metropolitan Art Space avec son hall en verre qui abrite ce qui est paraît-il le plus grand escalator du monde, puis fais un petit tour dans un cybercafé. Ici les cyber proposent des cabines avec une banquette, une console Sony, un magnétoscope, et bien sûr un PC, et il y a des boissons et des mangas gratuits en libre service dans le couloir. Je termine la journée en allant manger une assiette de tofu grillé au gingembre dans une petite échoppe enfumée, il n'y a pas de loi Evin ici apparemment !


25.04.2009 - Tokyo sous la pluie

Nuit difficile a cause d'imbéciles de touristes qui sont rentrés en pleine nuit au ryokan en braillant comme des gorets. S'ils recommencent cette nuit j'en zigouille un, pour l'exemple. Il pleut sévèrement, et ça continuera non-stop jusqu'a la nuit, j'ai l'impression que c'est toujours comme ca au Japon, quand il pleut c'est pour la journée, pas de demi mesure !

Equipé d'un indispensable parapluie je me dirige vers le quartier de Ryogoku ou se trouve la plupart des Heya, les centres d'entrainement de sumo. J'ai essaye d'appeler la veille depuis un téléphone publique, mais la personne au bout du fil ne parlait pas un mot d'anglais. Le problème pour trouver une heya c'est que ce n'est pas écrit dessus et que le quartier n'est pas vraiment touristique, en plus à cette heure (8h00) il est plutôt désert, et il tombe toujours des cordes. Je tente donc quelques bafouilles en japonais dans les commerces et stations service, et je finis par atterrir dans la bonne rue. Je reconnais l'insigne en cuivre vert au dessus de la porte et j'aperçois brièvement le chignon d'un sumo au dessus d'une fenêtre embuée, pas de doute j'y suis ! Pas de chance, le temps de trouver il est déja 8h30 et monsieur le sumo - un gros gaillard qui impose le respect - m'explique avec deux trois mots d'anglais que l'entrainement est terminé pour aujourd'hui. Il sort même en pleine rue vêtu en tout et pour tout de son gros slip de sumo pour m'indiquer le chemin d'une autre écurie, mais elle s'avère carrément fermée. Je révise mon lexique de japonais et prends rendez-vous dans la première heya pour le lendemain, l'entrainement aura lieu de 7h30 a 8h30.

Pour le reste de la journée c'est balade dans Tokyo sous la pluie, j'ai bien marché 10km aujourd'hui: visite du Tokyo International Forum, un immense bâtiment en verre qui a la forme d'un bateau a l'intérieur. Puis je fais un tour au Sony Building à Ginza, qui présente les derniers produits de la marque. C'est l'occasion de tester des appareils photos reflex très séduisants (et aussi hors de prix) et de regarder des bandes annonces de films dans le Sony Home Cinema de démonstration, le genre de truc que j'aimerais assez avoir chez moi, c'est encore mieux qu'au cinéma !

Je fais une pause à Shibuya, assis à la fenêtre du Starbuck d'où j'assiste au spectacle offert par l'immence carrefour, comme il pleut c'est une marrée de parapluies, pareils à des médues, qui se croisent dans tous les sens. Je cherche pendant une heure le musée du sabre, vers Sjinjuku, sans succès, soit le guide raconte des conneries soit il est vraiment peu connu, personne dans le quartier ne sait ou ça se trouve. A force de marcher sous la pluie battante j'ai les pieds et le pantalon bien trempés, même mon sac a dos prend l'eau, je suis contraint a retourner a mon hôtel sécher tout ça (la clim' reglée a 30 degrés, pas très écolo mais efficace) et profiter du sento brulant. Je ressors un peu plus tard me faire un resto de sushi puis terminer la soirée dans un cybercafé. 


26.04.2009 - Tokyo, un gaijin chez les sumos

Bon ca a mal commence ce matin, je me suis pourtant levé à l'aube pour ne pas rater mon rendez-vous dans une écurie de sumos mais en arrivant en bas du ryokan à 6h30 je suis tombé sur une porte close: couvre-feu jusqu'a 7h00, les fascistes !! Une demi-heure plus tard mes geôliers me libèrent enfin, je cours jusqu'à la Yamanote Line, puis un coup de métro, et j'arrive bien essoufflé sur place avec un petit quart d'heure de retard. Ils sont en train de s'échauffer en soulevant de la fonte, et plutôt des gros haltères, c'est qu'ils sont costauds les "gros" !

Je suis l'unique visiteur et j'ai le privilège de  suivre plus d'une heure d'entrainement pendant lequel ils s'affrontent un a un, le gagnant restant a chaque fois sur le ring pour affronter le suivant. Il n'y a qu'un seul sumo étranger, un occidental, et c'est lui qui gagne tout le temps. C'est très impressionnant a voir de si près, des masses pareilles qui se rentrent dedans et se font des prises en poussant des grognements, et on se rend compte que sous la graisse ce sont de sacrés athlètes pleins de muscles et en même temps très souples. C'est quelque chose à voir même si l'on n' est pas passionné par ce sport. 

Hier c'était pluie toute la journée, aujourd'hui c'est ciel bleu, c'est vraiment on-off la méteo ici. J'en profite pour prendre un bol d'air au calme du parc Yoyogi, quelques "cosplay" paradent à l'entrée, je visite le jardin impérial, puis je vais déjeuner dans la petite rue jeune et branchée Takeshita Dori. Direction ensuite le parc Shiba puis la Tokyo Tower, une sorte de réplique de la Tour Eiffel, mais plus haute et peinte en rouge vif. Le panorama au 2eme étage (250m) permet de voir toute la ville, on aperçoit même le mont Fuji qui doit être à une centaine de kilomètres, il faut dire que le ciel est vraiment dégagé.

Au retour je fait un bref arrêt a Ropongi pour réserver un billet de train pour demain matin en direction de l'aéroport de Narita, car l'heure du retour a sonne !


 

BONUS:

Les jingles de la yamanote line: dans les gares et les stations de métro les jingles qui sortent des hauts parleurs sont nettement plus zen et agréable que les leurs homologues de la RATP et SNCF. En voici un exemple: Yoyogi station

 

 

 

 

 

 

e-max.it: your social media marketing partner