Desmo Riding Tour

Publié dans Vroom

Quand Ducati vous fait essayer ses motos

Desmo Riding TourLe camion du Ducati Desmo Riding Tour était de passage à Anglet ce dimanche 13 avril 2014, avec toute la gamme Ducati 2014 proposée à l'essai. Impossible de résister !

J'avais réservé les essais du nouveau Monster 1200 et du Diavel.

Le Monster 1200

Le Monster c'est tout sur l'avant. En appui sur les poignets, rien à voir au delà du guidon, pour avoir un maximum de maniabilité en conduite sportive et de bons retours sur la direction. C'est aussi une bécane très légère, 40kg de moins que ma vénérable Thunderbird Sport. Un embrayage à huile (adieu le bruit de crécelle de l'embrayage à sec), un accélérateur électronique "Ride-by-Wire", de gros freins, de bonnes suspensions, c'est pour le moins efficace ! 

Une fois sur la route je n'étais pas à l'aise. La position trop "sport", l'embrayage électronique trop ON/OFF, le freinage trop efficace... Le moteur est franchement creux sous les 4000 tours, il cogne même désagréablement sous les 3000 tours (!). Mais au delà de 5000 tours ça pousse méchamment. Trop même ! On peut régler les modes sur l'écran digital (Urbain, Touring, Sport), ces modes agissent sur la cartographie du moteur, les suspensions, la réactivité de l'accélérateur. Même en mode touring l'essorage de la poignée te scotche sur place et t'amène en une poignée de secondes à plus de 160, c'est impressionnant mais presque trop facile, et pas si généreux que ça en sensations. La suspension est très ferme, c'est visiblement un super outil pour arsouiller et mettre minables les copains, mais c'est pas ma vision de la route. Bref, certainement une très bonne bécane, mais pas pour moi ! 

Le Diavel Carbon

Impressionnant  à l'arrêt avec son look massif, son gros réservoir et son pneu arrière en 240, je m'attendais avec le Diavel à un dangereux dragster inconduisible façon V-MAX. Mais à peine posé sur la selle (top confort) je me rends compte qu'il est super bien équilibré et pas aussi lourd qu'il le laisse croire. Il est même beaucoup plus léger que ma Triumph !

Clé sans contact dans la poche, en mode "urbain" pour démarrer, le Diavel se révèle très agréable en ville, beaucoup plus souple à bas régime que le Monster. Certes sous 3000 tours on sent que ce n'est pas sa tasse de thé, mais au moins ça ne cogne pas. La position est super agréable, et du fait d'un centre de gravité très bas la moto se balance d'un angle à l'autre avec une facilité déconcertante. Quel que soit le mode utilisé il y a du couple et des chevaux (162ch), mais en mode Sport elle devient carrément démoniaque. Le freinage est également excellent, plus doux à la commande que le Monster mais terriblement efficace, on le gère avec deux doigts (pour l'avant, car le frein arrière semble complètement inexistant). 

Sur les petites routes viroleuses j'avais souvent l'impression que j'allais rapper les reposes-pieds mais visiblement elle peut prendre plus d'angle qu'elle ne le laisse croire. 

Une super bécane, qui nécessiterait juste un échappement plus expressif.  De toute façon à 20.000 € l'engin, ça restera de l'ordre du rêve. 

Une bonne matinée d'essais, bien organisée. Et ultime satisfaction au moment de repartir, me rendre compte qu'à toutes ces belles motos flambant neuves je préfère encore ma Thunderbird Sport. Ok question freinage la comparaison est peu flateuse... mais à côté de ça le velouté et la souplesse du 3 cylindres, la maniabilité générale et le chant des Mécatwin me font largement préférer ma Triumph. Clairement moins "efficace" mais plus généreuse en sensations. Et pour moi c'est tout ce qui compte !

Les photos : 

 

 

e-max.it: your social media marketing partner