Stage de pilotage moto à Pau

Publié dans Vroom

Dans le cadre du Plan Départemental d'actions de Sécurité Routière 2013

 

La journée commence sous de sombres auspices: 6h40, mon parking entame une prise d'otage sur ma personne avec la complicité de la commande électrique du garage qui refuse malicieusement de fonctionner. 6h55, les négociations aboutissent enfin et je suis libéré par mes ravisseurs, ce qui me permet de rejoindre dare-dare le lieu de rendez-vous sous un ciel bouché et un vilain crachin. Pas le temps de prendre un vêtement de pluie, je suis déjà la bourre. 

Je rejoins quatre acolytes et nous prenons l'autoroute direction Pau, délicieusement rafraîchis par une petite pluie fine qui sublime le tarmac de magnifiques auréoles de gazoil. Lovely. 

Une pause café à Orthez pour vérifier que oui, mon jean est intégralement trempé. Nous filons ensuite sur le circuit où un bon nombre de motards nous attendent déjà. Il faut dire que nous serons en tout 93 participants, auxquels il faut rajouter un escadron de 15 gendarmes

A l'inscription nous sommes répartis dans des groupes de 4 à 6 motards encadrés par un gendarme avec chacun un programme théoriquement défini pour la journée. Théoriquement, parce que s'il y a un seul reproche à faire à cette journée c'est bien l'organisation. Il n'y a eu aucun briefing des encadrants, si bien que chaque nouvel atelier commence par un rallye d'orientation pour trouver quand et où nous devons nous rendre. Bon allez, c'est la première édition, ça sera mieux préparé la prochaine fois ! 

Mon groupe commence par la balade sur route. Ca tombe plutôt bien, il crachouille encore et je préfère éviter le circuit sur le mouillé avec mon train de Metzeler famblant neuf, pas encore vraiment rodé par l'autoroute. 

La balade d'1h30 n'a rien d'extraordinaire compte tenu du tracé, mais il y a quand même deux passage à virolos assez sympathiques. Nous suivons d'abord le gendarme qui nous montre la fameuse trajectoire dite "de sécurité" selon les différents types de virages, puis chacun notre tour nous passons devant lui pour qu'il juge de notre dextérité à reproduire cette trajo. Je récolte fièrement les félicitations du jury. C'est vrai quoi, c'est pas souvent qu'on se fait féliciter par un gendarme.  Le même gendarme qui, s'il m'avait d'abord fait remarqué que mon Devil carbone déchicané n'était pas homolo-machin, m'a avoué à posteriori qu'il faisait un très beau bruit. Preuve qu'on peut être à la fois gendarme ET sensible. 

Retour au circuit, il ne pleut plus et le soleil, certes timide, a commencé à sécher la piste. Pas mon jean, mais je ne perds pas espoir. 

Nous enquillons avec une première session de trajectoires sur la piste de karting. Première épreuve, pour les encadrants cette fois-ci: réussir à tous nous faire tourner dans le même sens. C'est moins rigolo mais aussi parait-il moins dangereux. La piste est étroite et tournicote bien, même en roulant doucement on s'amuse bien. Il y a même un passage de guet dans le bas du circuit, c'est drôlement bien foutu. 

Le soleil s'est affirmé, il fait maintenant bien chaud et je suis sec. Bonheur. 

Arrive enfin l'atelier qu'on attend tous, le circuit, le vrai. Encore une fois l'organisation est à la ramasse, on part sans prévenir, sans aucun brief ni consignes, on roule. En tête, pour montrer les bonnes trajectoires, nous trouvons Serge Nuques, chevalier de Groland, multiple champion de France des Rallyes Routiers, Vainqueur du Moto Tour, Podium aux 24h du Mans, Bol d’Or et Barcelone. Un client sérieux donc. Mais d'où je suis je ne le vois pas donc j'improvise, bien aidé il faut le reconnaître par mon sens inné de la trajectoire. Le circuit est magnifique, vallonné et avec une bonne visibilité, un régal. Après deux trois tours je suis en confiance, je me sens prêt à pourrir Sergeï s'il ose m'approcher, mais ce dernier a la sagesse de rester à distance. 

Ne sachant pas si les dépassements sont autorisés je me fait surprendre dans le dernier tour au bout de la ligne droite par le freinage pour le moins précoce et exagéré de celui qui me précède. Je freine tout ce que j'ose freiner, je sens l'arrière qui bloque et décroche, je relâche pour terminer avec l'avant uniquement et ouf, ça passe. Ah, ces jeunes permis qui bouchonnent ! 

Après quelques tours il est déjà temps de rentrer aux stands, c'est passé beaucoup trop vite ! (le temps, pas moi). 

Pour nous remettre de nos émotions nous avons droit à 3h de pause déjeuner (...), le temps de regarder des pilotes arsouiller la piste ou jardiner sur le bas côté, il semble y avoir différentes techniques.

A 15h nous nous essayons à la maniabilité façon plateau lent et rapide, évitement, double alpha, etc, bon pour moi le permis est encore tout frais donc rien de bien nouveau.

Retour sur le circuit en fin d'après-midi pour l'exercice de freinage. Un premier tour de circuit pour s'arrêter en haut de la grande ligne droite en descente, où Serge Nuques nous explique l'exercice. Accélération à 90km/h, freinage à partir des plots, le plus court possible bien sûr. OK, les freins c'est pour les lâches, mais si c'est sur ordre du chevalier de Groland j'obtempère sans discuter. Yapuka ! 

Nous avons droit à deux passages chacun, je m'en sors pas trop trop mal pour le premier freinage , mais sur le deuxième je pense que j'arrive à plus de 90km/h et la distance de freinage s'en ressent. Tant pis, il y a le tour de circuit derrière pour se faire plaisir. 

La journée se termine par une remise de prix aux meilleurs freineurs par Serge en présence de Monsieur le préfet et de quelques autres officiels, un petit speech sur la sécurité routière et distribution de cadeaux souvenirs pour tout le monde. Rien que pour le 4 couleurs "sécurité routière - Tous responsables" ça valait le coup de venir. 

Et zou, fourbus mais vaillants nous enfourchons nos chevaux de fer pour prendre le chemin du retour, par les petites routes cette fois ci. 

Superbe journée, éreintante pour un débutant comme moi mais à refaire sans hésitation ! 

Saluons pour une fois une bonne initiative de l'état, certainement plus efficace en terme de sécurité routière que les juteuses opérations radars. 

 La vidéo:

la piste de Karting puis le freinage d'urgence et les tours de circuit.

Toutes les photos

(j'avais oublié l'appareil, donc prises avec le smartphone)

 

e-max.it: your social media marketing partner