Dirty Sunday

 

Le 6 octobre 2013 à Eauze (32).

Le Dirt Quake débarque en France !


    Au commencement fut le Dirt track. Aussi appelé grass-track, speedway,  flat track, long track…  Des courses de moto sur un circuit ovale en terre, avec des engins spécialement conçus pour : pneus crantés, moto très basse, boite à deux rapports , sans frein avant, et conçues pour toujours tourner du même côté.

    Plus récemment une variante est apparue aux stazunis, consistant à faire rouler sur ces pistes des motos de série dont les concepteurs n’avaient certainement jamais imaginé ce type d’utilisation.  Des bécanes de tous les jours, de tous les styles (custom, café racer…) et plus ou moins bricolées, pas le moins du monde adaptées à ce type de terrain et qui viennent s’affronter dans un esprit joyeusement amateur pour le plaisir de glisser dans la boue.

Dirt Quake 2012Dirt Quake 2013

    Passée d’abord chez nos voisins britons avec les deux éditions du Dirt Quake à Norfolk dans le nord de l’Angleterre, la discipline arrive enfin chez nous avec cette première édition du Dirty Sunday. Et ça  se passe à Eauze dans le Gers (32) en Midi-Pyrénées, organisé par le Classic Bike Activa Garage.  

    Les participants et les spectateurs sont au rendez-vous, et même si le temps est sec le parking visiteur permet par la force des choses de s’essayer à la glisse dans l’herbe et la boue. Parfait pour se mettre dans l’ambiance !

    Sur la piste l’exercice est périlleux mais sans réel danger compte tenu des faibles vitesses atteintes. Il y aura pléthore de gamelles mais les pilotes se relèvent toujours avec un gros sourire de gosses contents de leur connerie. Car c’est surtout ça le Dirty Sunday : de grands enfants ravis de patauger dans la terre avec leurs jouets pétaradants en faisant la course avec leurs petits camarades. Et il faut bien le reconnaître, ça fait drôlement envie ! 

    Les premiers tours de roue des débutants sont forcément un peu crispés, jambes sorties même en ligne droite, mais au fur et à mesure de la journée les pilotes prennent le rythme, apprennent à gérer la glisse et se tirent la bourre comme des (presque) pros. 

    Les motos sont réparties par catégories, de la vraie machine de Dirt Track au scooter (si si) : pneus a crampons, pneus route, trois roues et gras track. Après un tour de chauffe elles s’élancent au lâché de l’élastique pour 4 tours de piste.

    L’organisation est au top, les séries s’enchaînement sans temps mort si ce ne sont quelques pauses pour permettre à un tracteur de remettre la piste en état et effacer les ornières qui pourraient être dangereuses.

    Une buvette et des sandwichs pour rassasier tout ce beau monde, du soleil, de la bonne humeur (mais alors plein), votre serviteur signe immédiatement pour la prochaine édition. Et de préférence en tant participant cette fois-ci !

La vidéo et les photos :