AtoPhotos

Islande épisode 4

Take shelter

7 août 2018

7 août 2018, Hvanngil.

Levé à 6h, je décolle à 7h. Le vent souffle de plus en plus fort, aujourd’hui au passage des crêtes je suis obligé de me coucher en avant pour ne pas tomber en arrière. La poussière volcanique me fouette le visage, je dois régulièrement me retourner pour laisser passer de mini-tornades de sable.

Le paysage devient complètement noir et désertique, je traverse de longue plaines lunaires. Ca me paraît irréel.

Un gué assez large à traverser se présente, pas très profond mais on est vite déséquilibré par le courant.

Je marche en direction du refuge d’Álftavatn, mais on m’a prévenu ce matin: en cas de vent fort “it’s the last place in the world where you want to be !“. Je m’arrête donc un peu avant en fin de matinée au refuge d’Hvanngil pour demander conseil. Ils me confirme qu’il serait imprudent de continuer, et qu’on ne me laissera d’ailleurs pas camper à Álftavatn. J’apprends au passage que ce vent n’est pas vraiment habituel même pour l’Islande, c’est en fait une tempête qui traverse tout le pays ! Et ça va empirer dans la journée…

Compte tenu des conditions météos ils mettent à disposition une étable un peu plus loin, pour s’abriter pendant la journée. Et y passer la nuit si le camping est vraiment impossible.

Comme je suis le premier à arriver au refuge ils m’indiquent le meilleur emplacement pour essayer de monter le camp, un petit coin caché bien entouré par quatre murets de pierres : parfait ! Je parviens tant bien que mal à y monter la tente sans la laisser s’envoler et je vais vite m’abriter dans l’étable. Elle se remplit peu à peu et on y est vite entassés… Mais le vent faisant trembler les murs on est bien contents d’y être à l’abri !

A 20h ça souffle encore trop pour quitter l’abri, je commence à envisager d’y passer la nuit. Mais j’aimerais éviter, un groupe de jeunes belges bruyants et un peu pénibles a investi les lieux.

Si bien qu’en milieu de soirée quand le vent baisse un peu je décide de tenter la nuit dans la tente. Ca secoue et la toile claque mais ça tiendra !

 

Galerie de l’étape :